Statut

Il n’existe pas encore de texte législatif ou réglementaire dédié ce type de structure : dans la plupart des cas, elle trouve sa place dans l’ensemble de l’activité d’une municipalité ou d’un groupement de communes. Pour ce CLSM, le statut d’association a paru le plus adapté à son projet, lui permettant de gérer un budget et ne l’engageant à rien de très contraignant.


L’association Psyveline-6 représente donc la base administrative et juridique du CLSM, nécessaire pour qu’il puisse recevoir des moyens de fonctionnement et faire face à d’éventuelles dépenses ; cette formule a été retenue pour la simplicité de sa mise en œuvre et la souplesse de son fonctionnement, au terme d’un travail de réflexion mené en commun par les acteurs principaux de ce projet.


Est-ce un réseau ? Pas vraiment ; un réseau est plutôt une structure de professionnels qui se donnent des modes de communication privilégiée, sur un territoire assez étendu.
Le Conseil Local de Santé Mentale est une structure de proximité, mixte et transversale, qui veut améliorer le lien entre les décideurs, les professionnels et les associations d’usagers, sur le territoire d’un secteur .
Il participe également de la volonté de faire le lien entre l’hôpital et la ville, dont chacun s’accorde à considérer qu’il est indispensable.